Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 10:02

 

Bonjour Clément, pouvez-vous nous présenter la licence pro produits laitiers et nous parler de l'entreprise qui vous accueille en alternance? 

 

« Je suis en licence pro produits laitiers avec les 2 ENIL Mamirolles et Poligny. L’université qui nous gère c’est le CNAM, le Conservatoire National des Arts et Métiers.  L'entreprise qui m'accueille en alternance c'est Darance, une entreprise du groupe Bel. Dans ce groupe Bel, il y a plusieurs grosses marques connues mondialement comme la Vache qui Rit, les Apéricubes, mais aussi d’autres marques plus récentes comme Boursin et Leerdammer. » 

 

 

Avez-vous une mission particulière au sein de cette entreprise? 

 

«  Au cours de mes stages que j’ai pu faire, on m’a donné une grosse mission qui était l’évaluation des pertes matière au niveau des lavages sur les différents ateliers de l’usine. Donc j’ai pu travailler avec les différents ouvriers. Travailler sur les postes du conducteur de ligne, jusqu’à celui du chef d’équipe dont mon maître de stage faisait partie. Et, j’ai dû utiliser des cours de communication de management parce que j’ai dû poser des questions pour savoir comment fonctionnent les lignes. Et quand je faisais mes prélèvements, essayer de diriger les gens pour qu’ils m’aident à résoudre cette mission. » 

 

 

Et quel est votre parcours scolaire? 

 

« Au niveau de mon cursus, je suis passé par un bac scientifique. Un bac scientifique qui m’a permis de découvrir l’ensemble des matières scientifiques qui m’ont plu. Suite à ça, je suis allé visité l’ENIL Bio de Poligny, qui m’a permis de découvrir ce qu'était le milieu de l’agroalimentaire. C’était un vaste domaine qui m’a tout de suite plu, c’est pour ça que j’en ai fait mon parcours scolaire, en me dirigeant notamment vers un BTS A option Sciences et Techniques de l’Aliment. Au cours de ce BTS, j’ai découvert un peu le lait et puis j’ai vraiment voulu me spécialiser dans cela c’est un produit noble, sain. C’est un produit important pour nous parce qu’il est essentiel et j’ai vraiment voulu me développer dans le lait. C’est pour ça que j’ai choisi les produits laitiers. Mais aussi parce que cette licence a une part management et j’ai voulu développer dans le management la communication. Parce que je pense que c’est important pour la suite de mon expérience de se développer au niveau du management. » 

 

Et vous avez des projets professionnels en tête? 

 

« J’avais plusieurs projets en tête. Certains profs m’avaient parlé du master SAPIA. Le master SAPIA c’est le système automatisé de la production en industrie agroalimentaire. Donc ça couple l’automatisme et l’agroalimentaire: les 2 passions que j’ai. Et dans le cas où j'n'étais pas pris en master, mon projet était de partir à l’étranger. J'avais plusieurs contacts au Canada et aussi en Allemagne. Mais ça, ça sera encore peut-être après le master du coup! » 

 

Est-ce que vous éprouvez une certaine satisfaction en voyant les produits que vous fabriquez en rayon? 

 

« Une satisfaction oui parce que je sais que pour fabriquer les apéricubes, il n'y a que deux usines et elles sont situées en France. Donc mon usine, l’usine de Dole et l’usine de Lons. 75% de l’export est effectué à Dole, c’est là où je suis donc c’est une grosse satisfaction de dire "Vous voyez les produits qui sont dans vos supermarchés, pour une partie, c’est mon usine qui les fabrique. J’ai pu les fabriquer au cours de mon année. C’est aussi une satisfaction de se dire que l'on a fabriqué cela pour le grand public, pas que pour les amis et la famille. »

 

Comment s'est passé votre entretien d'embauche? 

 

« J’ai rencontré le chef de production, donc qui est François Morel à l’époque, pour mon BTS donc pour 3 mois. Il m'a dit qu'il allait me faire confiance et que j'aurais un gros projet à gérer. BTS. Ils ont été très satisfaits de moi, y’a eu beaucoup de choses qui sont ressorti. Ils m’ont repris en interim après parce qu’ils étaient contents de moi. Et à la fin de mon BTS ils ont voulu continuer avec moi. » 

 

 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 09:30


 

Bonjour, pouvez-vous nous présenter l'entreprise dans laquelle vous travaillez en alternance? 

 

« Je travaille donc chez CFR, la Compagnie des Fromages Richemont, à milnesrolles en Moselle et c’est un groupe qui fabrique le Cœur de Lion  et le Rustique. Donc deux marques assez connues.  Je suis à l’atelier REP, qui signifie Réception Encrémage, Pasteurisation. »

 

Quelle est votre mission au sein de cette entreprise? 

 

« J’ai eu plusieurs petites missions mais une principale c’est mon thème d’étude qui est principalement basé sur de l’assurance qualité et de la communication. Donc en fait je devais m’occuper de la qualité au niveau de mon service et je travaille donc avec tous les opérateurs du service REP et les personnes de la qualité qui vont permettre d’améliorer la qualité au sein de cet atelier. » 

 

Quel a été votre parcours scolaire avant d'arriver à l'ENIL?

 

« À la base, je connaissais pas du tout, quand j’ai passé mon bac, j’ai une amie qui est parti dans cette école et du coup elle m’a fait découvrir ce BTS. J’ai alors décidé de postuler ici et j’ai été prise. J’ai découvert petit à petit et finalement j’ai découvert que ça me plaisait vraiment ce milieu et que j’avais envie de travailler dedans. À la base je connaissais pas trop les métiers autour du lait, je pensais pas qu’il y avait autant de possibilités. Et j’ai décidé en fait de travailler dans ce milieu car je trouvais que le lait était une matière intéressante à travailler." 

 

Et est-ce que vous êtes fier des produits que vous fabriquez quand vous les voyez en rayon par exemple? 


« C’est un groupe qui marche bien, dont les marques sont connues dans toute la France, donc c'est assez satisfaisant de les voir en rayon et de se dire que c'est nous qui avons participé à leur fabrication.  Aussi, avant je faisais pas forcément attention au lieu de fabrication, aux fabricants mais maintenant je regarde beaucoup plus souvent les étiquettes pour savoir d’où ça vient, où est-ce que ça a été fait. » 

 

Comment s'est passé votre entretien d'embauche? 

 

 « J’ai passé un entretien pour un autre service que là où je suis en ce moment. À la base je devais travaillé dans le service de qualité et comme ils ont réalisé pendant l’entretien que je préférais être sur le terrain plutôt que dans les bureaux, ils m’ont dirigé vers un autre service. Mon entretien je l’ai fait avec la DRH et la responsable qualité de l’entreprise. Elles m’ont posé des questions : pourquoi cette entreprise et pas une autre? Pourquoi je suis venu dans milieu du lait? » 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 16:35

IMG_2876ok1.jpg

Bonjour Olivier Larché, pourriez-vous nous dire en quelques mots quel est votre rôle au sein du centre de formation de l’ENIL de Mamirolle ?

 

« Bonjour, je travaille à l’ENIL de Mamirolle depuis 5 ans et demi. Je suis arrivé début 2007 et je travaille à 50 % en formation et à 50% pour de la recherche appliquée puisque je suis responsable du service de recherche appliquée de l’ENIL de Mamirolle. Dans mon temps de formation j’enseigne à des étudiants scolaires sur les filières laitières principalement et en entreprise. »

 

En quoi consiste la licence professionnelle produits laitiers ?

 

« C’est une formation qui vise à former des jeunes qui vont travailler dans l’industrie laitière, sur tous types d’industries qui transforment du lait. Et l’objectif principal de cette formation c’est d’amener un maximum de contenus sur les thématiques de la gestion de production et sur les thématiques du management. Donc nous formons des gens qui vont être opérationnels en production et qui vont encadrer des équipes. »

 

Et comment s’organise l’emploi du temps des étudiants ?

 

« Il y a des périodes en centre de formation et des périodes en entreprise. Les périodes en centre de formation durent entre 3 et 4 semaines et ont lieu en alternance avec les périodes en entreprise. Par exemple 4 semaines en centre de formation, un mois en entreprise. Durant les  périodes en centre de formation, on va avoir des enseignements techniques sur les produits laitiers , la gestion de production, le management et la méthodologie. »

 

Quel est le profil des étudiants dans cette formation ?

 

« On a besoin d’avoir des candidats qui ont un niveau bac + 2 d’abord, minimum mais qui n’ont pas nécessairement des connaissances techniques sur les thématiques de l’agroalimentaire. Ce qui est nécessaire pour eux c’est d’avoir un bagage scientifique sur la microbiologie, les sciences de la vie, mais pas nécessairement des connaissances techniques sur l’agroalimentaire. Ca veut dire qu’on peut accueillir des profils qui ne sont pas nécessairement des BTS laitiers ou agroalimentaires pour démarrer cette licence. Alors évidemment pour ces profils-là il y aura peut-être un travail d’adaptation, d’harmonisation des connaissances plus important en début d’année mais c’est aussi des profils qui sont très intéressants pour nous, parce qu’ils ont un bagage scientifique tout à fait suffisant pour intégrer cette formation. »

 

Quelle relation entretenez-vous avec les entreprises ?

 

« C’est une formation qui est très étroitement en relation avec les entreprises. Moi, c’est des entreprises que je connais bien parce que je travaille avec certaines d’entre elles via mes activités de recherche, puis les activités de formation également avec les adultes, donc on a un lien très étroit avec ces entreprises. Et c’est elles, ces entreprises qui nous font remonter leurs besoins en personnel sur les ateliers en production. Donc il est clair que les emplois sont à la clef de cette formation, ça c’est un message important. »

 

Et comment se passent les stages ? Les élèves ont-ils un rapport à rédiger pour valider ce stage ?

 

« En entreprise, les étudiants vont travailler bien sûr dans le service où ils sont affectés à différents aspects et puis ils ont une thématique d’apprentissage qui va constituer leur mémoire en entreprise, qu’ils vont soutenir à la fin de l’année. »

 

Et quel bilan faites-vous de ces deux premières années ?

 

« Les deux premières années se sont bien passées. Les promotions ont été très agréables. Donc le corps enseignant est très satisfait de ces deux premières promotions. Et puis le placement des étudiants est tout à fait satisfaisant. Les perspectives d’emploi se confirment, bien sûr. »

 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 08:43

 

 

Bonjour Quentin, est-ce que vous pouvez nous parler de l'entreprise dans laquelle vous travaillez? 

 

« Je travaille chez Lactalis à Corcieux dans les Vosges. On fabrique essentiellement du brie Président. Et moi j’ai été affecté au service fabrication, au sein du service moulage plus précisément. » 

 

Et quelle est votre mission au sein de cette entreprise?

 

« On m’a confié un projet de gain matière pour augmenter la productivité. Donc j’ai travaillé avec le responsable d’atelier et un adjoint. Le responsable d’atelier était commanditaire du projet, l’adjoint m’a épaulé dans ce projet. On a dû travailler sur le terrain, sans gêner les personnes à leur poste, tout en leur expliquant ce que l’on faisait. Elles comprenaient pas forcément pourquoi exactement on était là mais, au final à la fin du projet elles ont quand même compris. » 

 

Et quel est votre parcours scolaire? Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous engager dans cette filière? 

 

« C’était un rêve d’enfant d’être fromager pour moi. Ca a toujours été ancré en moi. Donc à l’âge de 10 ans je savais que j’allais allé à l’ENIL. Et je connaissais l’ENIL par des personnes, des fromagers notamment. Donc à la sortie du collège, j'ai fait un CAP en alternance et ensuite, j’ai fait un bac pro par alternance et ça se passait plutôt bien alors j’ai continué en BTS, en alternance aussi. Et pour finir par la licence. » 

 

Et vous êtes satisfait de ce votre travail, par exemple lorsque vous passez dans un rayon de supermarché et que vous voyez vos produits? 

 

« Je pense qu’il faut toujours être ambassadeur de ce que l’on fait. Parce que c’est la base. Pour bien travailler il faut quand même être fier de ce que l’on fait. Sinon, je pense qu’on se relâche. Quand je vois un de mes produits et que je suis avec quelqu’un, je lui montre. Je dis, ça vient de mon entreprise. Je suis content de les voir.» 

 

Pour finir, comment s'est passé votre entretien d'embauche? 

 

« C’était dans le bureau des ressources humaines avec le futur maître d’apprentissage et la DRH donc c’était assez intimidant. C’était un premier gros entretien pour moi quand même parce que sur le site de Corcieux, les entretiens sont pris très au sérieux. Et donc c’est un peu intimidant mais faut y aller sereinement. Faut se contenter de répondre aux questions sans essayer de masquer. Et après, 5 jours après j’ai reçu un coup de fil me disant que j'avais été retenu. » 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 09:03

Bonjour Claire, dans quelle entreprise exercez-vous votre stage ?

 

«  À la société fromagère de Lons-le-saunier. Ils fabriquent du fromage fondu pour la marque Président, Bridelight et Sveltesse. Ce sont des petits rectangles ou alors des tranches qu’on met sur les hamburgers que mon entreprise fabrique. »

 

Et quelle est votre mission principale au sein de cette entreprise ?

 

«  Je suis au service fonte et à partir de ce service, on m’a affecté différentes missions dont la mise en place des 5S. J’ai donc dû revoir l’atelier, enlever ce qui n’allait pas afin de permettre d’optimiser le travail et l’environnement des fromagers. Cela s’est fait en partenariat avec la mécanique et les fromagers de l’atelier et ça a été, un bon management, enfin un bon essai de management pour moi. »

 

Quel a été votre parcours avant de choisir la licence pro produits laitiers ?

 

«  Le choix du lait, je l’ai fait avant le BTS, quand j’ai découvert l’existence des ENIL, j’ai alors décidé de me lancer là-dedans vu que j’ai fait un BTS en 2 ans, STA option produits laitiers. Et ça m’a tellement plu que j’ai décidé de continuer avec la licence pro produits laitiers. Cette licence, je l’ai connu grâce à une intervention d’un professeur de la licence à Poligny qui nous ont bien expliqué ce qu’était la licence, pour qui elle avait été crée, pourquoi et donc je me suis lancé là-dedans ! Après on rentre dedans sans trop savoir à quoi s’attendre mais j’ai adoré et maintenant je veux plus me détacher des produits laitiers !»

 

Et qu’est-ce que vous ressentez quand vous passez dans un magasin et que vous voyez les produits de votre entreprise ?

 

« C’est une fierté, une réelle fierté de pouvoir se dire, c’est l’entreprise où je travaille qui le fabrique. Et de pouvoir connaître les gens qui le fabriquent, c’est vraiment une fierté. »

 

Comment s’est passé votre entretien d’embauche ?

 

« J’ai fait mon entretien d’embauche avec la RH et deux personnes de la qualité parce qu’à la base je voulais aller en qualité. Ils m’ont posé des questions sur ce que j’avais fait, si j’avais déjà manager, si je savais prendre des décisions, si j’aimais ce que je faisais. Et le soir même, ils m’ont appelé pour me dire que c’était bon, qu’ils me prenaient avec tel et tel thème de stage, dans tel et tel atelier. » 
Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 14:27

Bonjour, pouvez-vous nous définir en quelques mots la formation en alternance de licence pro produits laitiers? 

 

« Nous sommes sur le campus de la langue dubreil à Rennes. Et dans le campus, vous êtes dans une des parties du campus Langue Dubreil qui s’appelle le centre d’expérimentation et de technologie agroalimentaire. C’est une plateforme qui a été conçu en 92, qui fait 1 000 m2 et dans laquelle nous avons 3 activités. Une première activité pédagogique dans laquelle nous recevons les étudiants issus du campus et d’autres étudiants d’écoles extérieures. Notre deuxième activité c’est de faire de la mise au point de produits, du développement. Et notre troisième petite activité c’est de faire de la production. » 

 

 

Quels sont les objectifs de cette formation? 

 

 « Lors d’une première semaine, en pratique avec les étudiants, on a balayé toutes les technologies conventionnelles : pâte fraîche, pâte pressée, pâte molle, pâte cuite, en essayant d’être le plus précis par rapport à l’encadrement et à la compréhension des fabrications. Et lors de la seconde semaine nous sommes plus rentré dans le détail en essayant un petit peu de déstabiliser les étudiants pour les faire réfléchir à la technologie, en les faisant travailler sur des laits de brebis, des laits de chèvre, des technologies un petit peu innovantes, par filtration, par ultra-filtration, par micro-filtration etc. Pour essayer de bien leur faire comprendre tous les aspects de la technologie fromagère. Durant ces séances pratiques, les étudiants vont utiliser tous les matériels qui sont derrière moi. Donc l’échangeur de chaleur, pasteurisateur, stérélisateur, homogénéisateur, écremeuse, modules de filtration, d’ultra-fixation, micro-filtration, nano-filtration. Voilà, donc là ils sont capables maintenant de parfaitement standardiser un lait, non seulement pour faire tous types de fromages mais également capables de raisonner sur l’écoproduit de la fabrication, être capables de faire des concentrés de protéines de sérum par exemple dans le détail. Ici, ils ont encore la possibilité de casser du produit.. C’est-à-dire qu’on travaille quelques centaines de litres de lait par jour et donc ils n’ont pas cette responsabilité d’avoir à passer, à transformer des quantités importantes de produits. Là, on est là pour comprendre. Le passage en industrie, les responsabilisera, les fera mûrir par rapport à des quantités de lait. C’est une responsabilité autre que d’avoir une cuve de 50 000 litres par rapport à une cuve derrière moi de 500 litres. » 

 

Et quels sont les enjeux de cette licence professionnelle spécialisée dans les produits laitiers? 

 

 

 « Le plus, c’est que ils sont capables maintenant de faire le lien entre ce que l’on voit derrière, à côté de moi, en salle de cours et ce qu’ils voient concrètement sur une cuve, sur une bassine de fabrication. C’est ça le plus important : être capable de transposer ce qu’ils voient en théorie, en pratique. Et comment directement en pratique, ils sont capables d’aller chercher les réflexions théoriques qui leur permettent de s’adapter à une fabrication. Faire en sorte que, ce ne soient pas des techniciens de fabrication qui n’appliquent pas les recettes, mais qu’ils soient capables de réfléchir par rapport à une fabrication notamment, par rapport à une fabrication en fromagerie. » 

 

Et en ce qui concerne les débouchés? 

 

« Nous on essaye d’être tout le temps en relation avec les industriels. C’est pour ça que nos métiers sont bien sûr la pédagogie mais également dans la recherche développement et la production. La recherche développement nous permet de savoir quelles sont les pistes de développement, les travaux de recherche qu’initient les industriels. Pour bien sûr tout en gardant toute confidentialité, faire passer des informations auprès des étudiants. Qu’est-ce que sera la fromagerie dans quelques années ? Qu’est-ce qu’ils vont devoir maîtriser, travailler Précisément ? Chacune des trois activités alimente les autres et ça c’est très très important, on y tient énormément. » 

 

 

 

 

 

 

 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 09:11

 

Bonjour Anne-Cécile, dans quelle entreprise effectuez-vous votre stage en alternance?

 

« Je travaille à Saint-Brice en Cogues, à côté de Fougères, chez Armor Protéines, une entreprise spécialisée dans le cracking de lait. Donc dans cette entreprise, je suis sur l’atelier calcium où on récupère le calcium du lait et on concentre le lactose. Armor protéines fait partie du groupe Bongrain. Donc la marque phare de ce groupe-là est caprice des dieux. »

 

Quelles sont vos missions durant ce stage? 

 

« Ma mission particulière c’est déjà de pouvoir conduire l’installation de l’entreprise. Et autrement, ma mission secondaire c’est de faire de l’amélioration de process. Donc amélioration de la récupération de calcium. Optimiser l’atelier. » 

 

Quel a été votre parcours avant d'arriver ici? 

 

«  J’ai passé un BAC STAV, production animale donc vaches laitières. Un peu dans la filière, mais niveau production. J’ai pu voir tous les différents process, donc que ce soit viande, lait et fruits et légumes, boissons. Et j’ai décidé de faire cette licence, assez tardivement après l’obtention de mon BTS. Je pensais pas continuer, enfin, continuer mes études. Et je voulais quand même me spécialiser dans quelque chose, mais en toute logique je suis allé dans les produits laitiers car j’ai toujours été intéressée par ça. » 

 

Et l'alternance, qu'est-ce que ça vous apporte?  

 

 « Le fait d’être en alternance, ce qui est intéressant c’est de voir d’autres process, à l’école, qu’on aurait pas l’occasion de voir en entreprise. La formation à l’école est très variée. »

 

 

Comment s'est passé votre entretien d'embauche? 

 

«  Ca s’est passé en deux fois. Donc j’ai passé un premier entretien avec une personne qui m’a dit qu'elle me donnerait une réponse. Et j’ai repassé un autre entretien avec mon responsable de filière et son adjoint, où, là l’entretien était assez bref et dans la foulée, on a pu signer le contrat de professionnalisation. » 

 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com - dans La Licence Pro
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 15:03

 

 

 

Bonjour Annaïg, dans quelle entreprise effectuez-vous votre stage en alternance? 


« Je travaille chez Aurial, sur le site d’Erbignac dans l’unité mozzarella. Aurial est connu pour sa marque Soignon, le fromage de chèvre. Moi, je suis dans la fabrication de mozzarella pour la RHD, la restauration hors domicile. Donc c’est la restauration ou les pizzas à emporter par exemple ou les pizzas surgelées."

 

Quelle est votre mission au sein de cette entreprise?

 

« La réduction des consommations d’eau pour les lavages. C’est dans l’objectif qualité du groupe, la politique qualité du groupe. »

 

Et quel est votre parcours scolaire? Qu'est-ce qui vous a amené à choisir cette formation en alternance spécialisée dans les produits laitiers? 

 

« Je viens d’un BTS STA, C’est agroalimentaire, d’un BTS général. Dans ce BTS, on a eu un module sur le lait donc ça m’a motivé à venir ici, d’autant plus que dans ce BTS, j’ai effectué un stage en pôle de lait. Donc c’est pour ça que je suis arrivée dans cette licence. »

 

Et l'alternance, qu'est-ce que vous en pensez? 

 

« C’est bien dans les deux cas parce que ça change. Au niveau du travail à l’école, c’est pas le même rythme qu’à l’entreprise. Parce que le travail à l’école, c’est du travail personnel. »

 

Et comment envisagez-vous votre avenir? 

 

 « J’ai envie de rester là-bas parce que ça se passe bien. Puis si ya des possibilités, ben tant mieux je resterai. Et puis sinon, je trouverai quelque chose d’autre, c’est pas ça qui manque. »


 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:27

Bonjour Lydia, dans quelle entreprise travaillez-vous par le biais de votre formation?

« Je suis actuellement chez Laïta à Crehen, qui est une coopérative récente. Et je suis dans l’atelier fromagerie. Donc qui fait les fromages fouettés de madame Loïc. Donc Laïta fait tous les produits qui concernent la marque Paysan Breton, qui va de l’emmental aux fromages et tout ce qu’on peut connaître sur Paysan Breton. » 

 

Quelles sont vos missions au sein de cette entreprise? 

 

« La mission principale que j’ai c’est de mettre en place des indicateurs de performance dans l’atelier de conditionnement des fromages fouettés et des fromages frais. Du coup je travaille beaucoup avec le chef d’atelier, je suis beaucoup en lien avec lui et surtout en particulier avec les opérateurs des machines, parce que c’est eux qui vont m’indiquer leur problème qu’ils ont sur la machine. J’essaye d’améliorer la cadence des machines et faire gagner un peu d’argent à l’entreprise pour pouvoir faire peut-être d’autres produits plus élaborés. »

 

Et avant cette formation, qu'avez-vous fait comme études? 

 

« J’arrive d’un bac STL, sciences et technologies des laboratoires qui est totalement différent de l’agroalimentaire. Et à la sortie de ce bac, en voyant les débouchés des laboratoires, j’ai voulu voir un peu autre chose. Et de voir l’alimentaire, parce que comme m’avait dit un jour mon prof, on aura toujours besoin de manger, on aura toujours besoin de gens pour fabriquer la nourriture. Je me suis orienté vers un BTS sciences et technologie des aliments. Et du coup, en présentation des licences après ce BTS,c'est cette licence-la, qui m’a beaucoup plu parce que j’aime beaucoup les produits laitiers, j’aime bien tout ce qui touche au lait et de ce fait je suis partie dans l’aventure. » 

 

Êtes-vous fière de ce que vous faites, des produits que vous fabriquez? 

 

« Oui si assez, oui. J’les vois passer, je sais comment ils ont été faits et de les voir dans les rayons, c’est vrai que j’suis fière et ça m’a même poussé à en acheter ! » 

 

Comment s'est passé votre entretien d'embauche? 

 

 « On a tout de suite su me rassurer quand je suis arrivée. Me dire que comment, il avait déjà vu plusieurs personnes, qu’il attendait certaines choses. En sortant de l’entretien, euh, j’me disais c’est bon mais les autres ont peut-être quelque chose de plus qui va faire balancer la balance en leur faveur et j’avais rendez-vous à 10h et à 16h de ce même jour, j’avais un coup de fil de la DRH qui m’annonçait que j’étais prise et que c’était bon. »

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 10:57

Pourriez-vous nous expliquer en quelques mots la licence pro produits laitiers ?

« La licence pro produits laitiers pilotée donc par l’université de Rennes 1 est une formation professionnalisante qui a été bâtie en réponse à une demande de l’industrie laitière nationale et on l’a décliné au plan régional pour apporter une réponse à un besoin on va dire de management de proximité dans les ateliers des entreprises laitières de la région. Donc c’est une formation qui se passe en alternance pendant un an. Les étudiants sont concrètement salariés des entreprises. Sont donc en poste dans une entreprise laitière et suivent des séquences de formation également ici à Rennes, également à Saint-Brieuc et à Surgey.»


Qu’est-ce que vous attendez d’eux en termes à la fois de comportements, d’attitudes et puis de connaissances ?  

« Pendant cette année de formation, ces étudiants qui ont pour l’essentiel un premier cursus scientifique vont acquérir effectivement de nouvelles compétences techniques spécialisées dans le domaine laitier donc on attend d’eux de mieux maîtriser ce domaine laitier qui est souvent leur domaine professionnel. Mais ce qu’on attend d’eux également c’est d’acquérir des outils je dirais plus transversaux de communication, de management des personnes. 

 

 Est-ce que vous pouvez nous parler du programme, concrètement quelles sont les matières qui sont enseignées ?

 

« Pendant cette année de formation, les étudiants vont suivre 17 semaines de formation en centre. Le reste donc 35 semaines en entreprise. Concrètement les étudiants vont apprendre à maîtriser les productions de beurre, de crème glacée, de fromage, vont apprendre à utiliser des ingrédients laitiers puisque c’est un trait fort de cette formation ici. Mais ils vont aussi avoir des apports que j’appelle plus transversaux c’est-à-dire des, avoir de l’aisance à communiquer en situation, être capable de gérer des situations de relations entre la hiérarchie et eux-mêmes, entre eux-mêmes et des opérateurs. » 

 

Qu’est-ce que vous avez comme échange avec les entreprises ? Est-ce qu’ils vous ont exprimé des attentes, des craintes ? Est-ce que régulièrement vous avez des contacts avec eux pour éventuellement adapter ? est-ce que la relation avec l’entreprise est quelque chose de réel et concret au quotidien ?

 

 «  La formation a été bâtie à la demande de, directe de la profession laitière. Sur le grand Ouest, cette profession laitière a été effectivement très attentive à la création de cette formation. Elle nous a également accompagnés à bâtir cette formation. On a chiffré entre 150 et 200 postes, le nombre de, enfin le nombre de besoins de ces entreprises dans les années à venir sur un niveau. Ca veut dire qu’on a, voilà sur une dizaine d’années, on va travailler efficacement en échange avec les entreprises, ben pour qu’on s’adapte nous aussi en permanence aux besoins et pour permettre de remplacer donc, parce que l’un des gros problèmes ça va être celui-là : remplacer un certain nombre de personnes qui sont actuellement en poste dans les entreprises mais qui sont atteintes par la limite d’âge. La pyramide des âges est assez défavorable en ce moment donc voilà, on apporte une réponse très concrètement à ce problème. » 

 

Published by licence-pro-lait.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de licence-pro-lait.over-blog.com
  • Le blog de licence-pro-lait.over-blog.com
  • : Ce blog propose de découvrir la licence pro des métiers du lait. Avec trois école nationale du lait en France, une formation bac+3 plébiscitée par les entreprises de la filière laitière.
  • Contact

Visitez le site officiel

ordinateur

Wikio

Wikio - Top des blogs - Emploi

Cheeese !

Visitez le site officiel de la licence

professionnelle produits laitiers

cheese.franim

Catégories